Smartphones : les indispensables de la sécurité

Aucune semaine ne se passe sans que la sécurité des données ne fasse l’objet d’une actualité :  ici on apprend par Edward Snowden que les chefs d’état, dont Angela Merkel, sont écoutés en permanence par la NSA, là on apprend qu’Orange s’est fait pirater les données personnelles de 800.000 de ses clients, etc.

Alors quid des smartphones ?
D’où cet article pour faire le point :  une liste des bonnes pratiques, simples, qui diminuent fortement le risque de se retrouver par exemple avec le compte en banque vidé…même s’il ne ressemble pas à celui de Bill Gates, ce n’est pas une raison pour se le faire piquer, pas vrai ?
On voyait l’autre jour que l’iphone a vu le jour il n’y a que 7 ans, avec derrière lui toute la vague des smartphones et autres tablettes tactiles. Vers la même époque se lançait aussi le Blackberry, aujourd’hui malmené par le marché, mais qui  possédait déjà une caractéristique de sécurité :  le cryptage des transmissions par un algorithme secret ; cette particularité a favorisé l’adoption rapide des smartphones pour des usages professionnels.
Et en effet, le premier virus sur appareil mobile est antérieur aux smartphones :  il a fait son apparition sur des téléphones mobiles il y a 10 ans ; ce virus s’appelait Cabir, et se propageait via le Bluetooth.
Les possesseurs d’appareils mobiles ont beau savoir que tous ne sont que des espèces de variantes des ordinateurs qu’ils protègent par anti-virus, anti-malwares et compagnie, la négligence est la plus forte : l’année dernière, le nombre d’attaques a été multiplié par deux.
Pas vraiment étonnant quand on sait qu’on y stocke souvent au moins autant de données personnelles que dans son ordi. Les voies d’infection sont les mêmes : les e-mails, les liens sur les pages web ( qui ne font pas nécessairement ce qui est marqué, combien de fois faudra t il le répéter ??!! ), logiciels « gratuits », etc …et la suite est la même aussi :  exportation de données, niam-niam les coordonnées bancaires et cartes de crédit, mais aussi vente des listes de contact à des agences commerciales.
Bref, d’abord, réfléchir un poil avant d’agir :
-    Installer un bon anti-virus / anti-spyware ( Avast, Symantec etc., gratuit ou payant )
-    ne pas cliquer sur n’importe quel lien, sur site web ou associé à un mail
-    télécharger les applis de webstores connus
-    néanmoins lire les textes et décocher un max de cases lors de l’installation d’applis gratuites
-    ne pas se connecter à n’importe quel émetteur « wifi gratuit »
-    éviter de vous faire voler le smartphone
-    si vous êtes pas mal en balade, mettez un mot de passe digne du nom ( non pas 0000 )
-    si vous le souhaitez, installez un logiciel qui permet le blocage ou effacement à distance ( si volé )…on peut même faire photographier le voleur et se faire envoyer la photo !

Ces rappels étant posés, voici une première vraie nouveauté en matière de sécurité.
Comme le marché du smartphone d’occasion est florissant, l’acheteur honnête que tu es, cher lecteur, est amené à se demander si l’affaire mirobolante offerte là sous tes yeux ébahis, ou sur Le Bon Coin, n’est pas des fois du genre « tombé du camion » ou encore chaud de la poche dans laquelle on l’a piqué… comment savoir si c’est une vente régulière, ou si c’est un smartphone volé ou perdu et/ou blacklisté ?
Eh bien la réponse à cette question existe : la suite dans notre prochain article !

Cette entrée a été publiée dans smartphone, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Smartphones : les indispensables de la sécurité

  1. kasper dit :

    une des possibilités pour verrouiller à distance son smartphone égaré : http://blog.kaspersky.fr/tutoriel-comment-verrouiller-un-appareil-a-distance/

  2. secureman dit :

    Sarko aurait mieux fait d’acheter un smartphone inviolable, plutôt que bêtement un smartphone sous un faux nom ?

Laisser un commentaire